Ampli Sanyo JA-220 et son tuner

 
 

Amplificateur intégré Sanyo JA-220                    (07 juin 2015)

Et si nous parlions d’un petit intégré au désign plastico-laid ?

Un appareil qui, depuis peu, devient  une petit légende, venant remettre en question un certain nombre de chose l’on peut lire sur la Hi-Fi, tel une boule brisant tout un jeu de quille.


Cette introduction n’est pas si exagérée que ça.

Cet appareil, sous son apparence très bas de gamme, révèle des surprises mettant à mal un certain nombre de choses sur la reproduction haute fidélité.

 

Accueil


lien vers le forum de discussion:


LES COMPTES-RENDUS

Sanyo JA-220

Scott 299S


JBL Décade L16

Martin Gamma 310

Quart QL 502 S

Sony TC-RX70

Dual C824

Pioneer CT-F700

Sony CDP-7F

TUTORIELS

TSF

Mes dernières photos















 

J’ai acheté cet ensemble d’un vendeur qui a remis en état l’intégré, en changeant les condensateurs.

Au passage, je le remercie pour la transaction plus que correcte, et pour le travail impeccable, soigné, et pour le choix visiblement judicieux des différents condensateurs. En prime, j’ai eu la chance d’avoir le tuner qui lui était associé. J’en toucherai un mot sur cette page.

Les transistors de puissance, NPN et PNP sur une voie.

Le Sanyo JA220 est un petit intégré tout plastique, léger, qui affiche sans complexe le design assez cheap des années 80.

On trouve d’ailleurs une copie de ce petit intégré  qui est le Grundig V1700.

Cet intégré, super léger, affiche des mesures peu communes, entre le format standard et le format midi de l’époque;  Largeur x hauteur x profondeur: 42 x 8 x 20 cm pour un poids de 4 Kg.

Pas grand chose à dire sur l’électronique, le peu de composants et la disposition aérée me laisse encore à penser que la retranscription sera transparente, propre.

Le tuner JT 220L, quand à lui, présente une électronique évoluée des années 80.

Ainsi, en lieu et place des condensateurs à cage, on y trouve un condensateur variable.

L’intérieur est propre, bien rangé, et l’électronique pourrait chauffer aisément tant il y a de place autour.

J’ai immédiatement envie de le comparer au tuner Pioneer TX-608L.

A mes oreilles, le Pioneer fait mieux sans aucune hésitation.

Mais ce petit Sanyo s’en sort plutôt bien. Il restitue assez correctement ce qu’il capte. Petit bémol, il est assez difficile d’en dire plus, à l’heure où les radios émettent en qualité numérique basse qualité.

Mais ce tuner n’a pas à rougir face à d’autres, et avec le JA220 et de bonnes enceintes, on prendra plaisir à l’utiliser.

L’ECOUTE DU SANYO JA-220

Revenons à l’amplificateur JA-220.

Au niveau des contrôles, il y a juste le stricte minimum.

De droite à gauche, un volume, un sélecteur de source, un bouton de contrôle d’enregistrement pour un magnétophone ou une platine K7, un loudness (un des meilleur que j’ai pu entendre), un réglage aigu / graves, un potentiomètre pour la balance, un interrupteur des hauts-parleurs qui permet de couper ces derniers lors d’une écoute au casque, et un interrupteur M/A de l’ampli.

A l’arrière, les connexions sont peu nombreuses. Nous retrouvons le minimum des entrées sources, phono, tuner, auxiliaire et tape (entrée / sortie), deux sorties HP (droite et gauche), et une entrée d’alimentation du tuner.

C’est ici que le JA-220 révèle ses secrets.

Je pourrais écrire 2 pages sur ce point, mais est-ce nécessaire (et je suis déjà bien bavard)?


Cet ampli fait partie des meilleurs que j’ai pu entendre. Petit, laid, peu puissant (2 x 20 Watt), dés les premières secondes, il surprend, effaçant de manière culottée ces défauts esthétiques et techniques, affichant de façon effrontée le défit qu’il lance à des modèles haut de gamme de renoms. David contre Goliath, Ulysse contre Hercule, Et il le fait avec un naturel presque provocateur, sans équivoque.

Tout y est détaillé, profond, musicale, on peut y placer les musiciens avec justesse. La stéréo est superbe.

Un poil analytique, mais sans entacher l’écoute très musicale qu’il dévoile.


Sa seule limite sera la puissance, et on choisira à des enceintes peu gourmandes, idéalement des enceintes bibliothèques ( mais pas que...).

Mais si l’on respecte ces limites, on aura accès à du très haut de gamme, et avant tout à un véritable plaisir d’écoute.

Tous les styles de musiques pourront être écoutés avec délectation sur ce petit intégré.


Et pour aller encore plus loin, il sera nécessaire de marier cet intégré avec les bonnes enceintes.

Il est évidemment hors de question de lui coller des Cabasse Galion, ou des Esoter Time Focus.

Ainsi, pour des écoutes de petites formations, jazz, blues, etc..., le choix des Grundig HiFi Box 400 est celui que j’ai choisi, absolument merveilleux.

Selon les écoutes, ce sont des B&W DM4 qui seront drivés par le Sanyo, également un choix judicieux.


Pour des écoutes de musique classique, ou de musique mettant en scène beaucoup d'instruments tout en voulant profiter de belles basses, j’adjoindrais au JA-220 des Kef Cadenza.

Superbes écoutes qui me font écouter de plus en plus souvent ce petit intégré étonnant.

Il laisse la place à la musique, avec clarté, détail, justesse, sans jamais être fatiguant. Il m’a permit de redécouvrir les Kef, les B&W et les Grundig en les poussant à s’exprimer au delà de ce que pouvais faire bon nombre d'appareils moyens et haut de gamme que je possède.


Le Loudness est un des meilleurs que j’ai pu entendre à bas volume.

Sa partie phono est très bonne, même si je préfère de loin celle du Marantz 1060 pour le coup.


Autant il surprendra sur des enregistrements de qualité, autant il ne fera aucun cadeau sur des enregistrements médiocres.

Un instrument parfaitement accordé qui révèlera toutes ses qualités sous les doigts d’un bon musicien.


En un mot, une petite merveille.


Sachez que je n’aurais jamais écrit tout ceci avant d’en posséder un ( je cherchais depuis longtemps un ensemble JA-220 / HiFi Box 400 ), par peur de voir la côte grimper encore.


A ce jour, mes 3 amplis préférés sont le Scott 255S que j’ai entièrement refait, ma petite fierté au vu des résultats d’écoute, Le Scott 299S encore dans son jus, et le Sanyo JA-220. Le Scott 255S sera un poil moins détaillé, mais il s’en sortira mieux sur la réserve d’énergie et la capacité à driver de grosses enceintes, et sur la spacialisation.

Le 299S, c’est un autre monde, l’alternative des amplis à lampes sans les inconvénients.


Bonne écoute, Blues.

Un article intéressant sur la rénovation du JA-220 sur le site suivant:

http://www.stef.free.fr/hifi/pages/SanyoJA220.html